Auteur

Jacqueline Daussain

Jacqueline Daussain est née à Namur en 1955. Elle vit à Lustin. Durant son enfance, la maison familiale est aussi l’un des cafés du village tenu par sa mère et… En savoir plus

Extrait

La journée mondiale de la gentillesse

– Madame ? Asseyez-vous, prenez ma place.

Ah ben merde alors ! Quarante ans hier et ce matin on me parle déjà comme à une vioque. Je sais que j’ai une tête de déterrée rapport à ma biture d’anniversaire mais punaise si je fais plus vieille que cette meuf il faut que je fasse quelque chose et j’ai intérêt à me magner le train.

C’est ce que j’ai pensé ce matin-là dans le métro en refusant de m’asseoir rapport à l’erreur que bobonne faisait sur mon âge ou sur le sien.

– Madame, ne restez pas debout, il y a une chaise libre, là-bas au fond.

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous aujourd’hui ? C’est la journée mondiale de la gentillesse ou quoi ?

C’est ce que j’ai pensé en attendant que mon numéro sorte au bureau du chômage.

– Madame, vous savez que vous ne devez pas vous présenter si vous êtes malade. Vous demandez un certificat au médecin et vous nous l’envoyez par la poste.

J’ai fait : D’accord quand je serai malade je viendrai pas.

En sortant de là je suis allée boire un coca au Mac Do pour me remettre un peu d’aplomb. Puis je suis allée au pissodrome moins pour faire vidange que pour regarder ma tronche dans la glace rapport à tous ces machin bazar de politesse du matin. C’est vrai que j’avais une sale gueule. J’ai pensé : T’aurais dû écouter Rita quand elle t’a dit de ne pas finir le carton de sangria après le pack de Cara Pils. Mais bon y avait plus que ça. On avait bu tout le pisang à l’apéro. Quarante ans ça se fête quoi.

Pourtant la vérité vraie c’est que j’avais peut-être une sale gueule mais je ne faisais pas vieille ni prête à claquer. Par contre j’ai capté d’où ça venait ces histoires de politesse : tout le monde a cru que j’étais en chimio rapport au foulard que j’avais bien arrangé autour de ma tête avec une torsade et tout puisque mes cheveux étaient dégueu vu que la nuit j’avais sué comme un poney et qu’à ceux du chômage tu dois montrer que du boulot t’en veux en étant présentable et même chic si possible. Je me suis dit : T’aurais dû te laver les tifs… Avec le foulard et ton teint blanc Dash rapport que t’as vomi ils t’ont filé un cancer dans leur tête.

Dans la presse

Nos lecteurs

Valérie Preud'homme

à propos du recueil La journée mondiale de la gentillesse

La journée mondiale de la gentillesse : les deux premières nouvelles de ce recueil de Jacqueline Daussain m'ont plongée, que dis-je, propulsée dans ce dernier de façon magistrale. C'est super jouissif! J'ai adoré (mon compagnon aussi!). Le ton surtout. Et les gens si vivants, si proches. Ce ne sont plus des personnages. Ils sont nous, nous sommes eux et leur droit d'exister est comme une revanche sur la vie. Cette vie-ci où performance, ambition, perfection, bonne santé, humeur égale, caractère lissé, corps décemment porté sont de mise. Ce recueil me laisse comme une envie jouissive (je le répète est c'est bien agréable) de porter mes imperfections comme un étendard, avec malice et fierté. Un tout grand merci à l'auteure pour ces bons moments de lecture.