Daniel H. Rondeau, la force d’une écriture allusive

le 15 avril 2015 - Fattorius

à propos du recueil J’écris parce que je chante mal par Daniel H. Rondeau

J’écris parce que je chante mal : le titre de ce recueil de nouvelles a de quoi intriguer. Signé de la plume de Daniel Rondeau, il a connu une première vie au Québec avant d’être édité aux excellentes Éditions Quadrature, spécialisées dans la nouvelle. Cette maison d’édition a eu la main heureuse : avec cet […]

Voir la page d'origine
jecrisparcequejechante Rondeau

L'article

J’écris parce que je chante mal : le titre de ce recueil de nouvelles a de quoi intriguer. Signé de la plume de Daniel Rondeau, il a connu une première vie au Québec avant d’être édité aux excellentes Éditions Quadrature, spécialisées dans la nouvelle. Cette maison d’édition a eu la main heureuse : avec cet ouvrage, elle offre au lectorat européen la possibilité de découvrir un très bel auteur montréalais, capable d’une belle inventivité.

Les nouvelles sont courtes, disons-le, et le lecteur les engloutit rapidement. Les pages se tournent toutes seules, et les situations, volontiers tirées d’un ordinaire des plus quotidiens, se succèdent vite. Il y a quelques éléments récurrents, cependant, par exemple les rendez-vous manqués et les rencontres dans les bars – éventuellement marquées par un brin de philosophie de bistrot.

Lire la suite sur le blog du critique